GARAGE DES HAUTS PAVES
GARAGE DES HAUTS PAVES

Le GPL, sur le podium !

Le carburant GPL arrive en seconde position de l’épreuve de maniabilité chronométrée et de l’épreuve de régularité du 16ème Rallye Monte-Carlo Énergies Nouvelles 2015.

En participant à cette 16ème édition du Rallye Monte-Carlo, qui s’est clôturée à Monaco le 22 mars, les véhicules ont de nouveau démontré les performances et la maîtrise du carburant GPL tout au long de la course.

Deux équipages à bord d’Alfa Romeo GPL se classent sur le podium.

Le pilote Roberto Viganò et son co-pilote Andrea Fovana terminent second de l’épreuve de maniabilité chronométrée et le pilote Massimo Liverani et sa co-pilote Valerie Strada second de l’épreuve de régularité du Rallye.

Pour découvrir tous les classements

Rappel des engagés du CFBP - 7 voitures GPL en compétition

Cette année, 7 voitures GPL se sont lancées dans la course avec une variété de véhicules qui témoigne de la maturité technologique associée à ce carburant, que ce soit en première ou en seconde monte.

- Une Toyota Prius l’association de l’hybride électrique et du GPL
Equipage : pilote Gregor Zdovc et sa co-pilote Anna Ivansek
- Une Clio Renault Sport 200 CV
Equipage : pilote Aurélien Meuterlos et co-pilote Patrick Mogenet
- Une Opel Corsa
Equipage : Miguel Baudoin et son co-pilote Jean Pierre Besso
- Une Peugeot 106
Equipage : Charles Henri Larroque et son co-pilote Guillaume Nascimben
- Une Fiat 500 « dual fuel »
Equipage : pilote Pawel Stefanicki et Konrad Ustarbowski
- Une Alfa Romeo Mito
Equipage: Roberto Viganò et son co-pilote Andrea Fovana
- Une Alfa Romeo
Equipage : Massimo Liverani et sa co-pilote Valerie Strada

Le GPL, un carburant plus respectueux de l’environnement et de la santé :

- Le GPL, contrairement au gazole et à l’essence, est un carburant qui ne produit pas de particules et limite les émissions de Nox, responsables de maladies respiratoires.
- C’est un carburant plus respectueux de l’environnement : les émissions de CO2 d’un véhicule GPL sont plus faibles que celles de l’essence et du gazole.
- Compte tenu de son faible impact environnemental, les véhicules GPL ne sont soumis à aucune restriction de circulation.

LA SOLUTION GPL
CFBPLASOLUTIONGPL.pdf
Document Adobe Acrobat [1.9 MB]
DIFFUSION REPORTAGE FRANCE INTER
script-2014-11-28~8232@FRANCE_INTER.pdf
Document Adobe Acrobat [56.0 KB]
DIFFUSION REPORTAGE FRANCE 2
script_2014-12-01~8314@FRANCE_2.pdf
Document Adobe Acrobat [55.9 KB]
DIFFUSION REPORTAGE RADIO CLASSIQUE
2014-12-04~8478@RADIO_CLASSIQUE.pdf
Document Adobe Acrobat [51.1 KB]
LETTRE INFORMATION DU CFPB
Baromètre GPL - MARS 2014
cfbp_mars_2014.pdf
Document Adobe Acrobat [1.1 MB]

COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Paris, le 25 septembre 2014
A quelques jours de l’examen du projet de Loi sur la Transition énergétique par l’Assemblée nationale et de l’ouverture des portes du Mondial de l’Automobile, le CFBP rappelle que la diversité énergétique doit être encouragée et que le GPL a un rôle incontournable à jouer dans la transition.
Le GPL répond plus que jamais aux enjeux économiques et environnementaux et il a tout pour plaire aux automobilistes !
Le GPL est à 0,86 € le litre / le plein à 30€ !
Le GPL est le carburant le moins cher disponible à la pompe en France.
Le GPL est plus économique que les carburants traditionnels. Son prix moyen à la pompe depuis janvier 2014 est stable à 0,86 € par litre contre environ 1,52 € pour le Super 95 et 1,34 € pour le Gazole. Le plein de GPL coûte environ 30 € (35 litres).
88% des propriétaires de véhicules GPL trouvent que leur véhicule a été économique à l’achat.
92% des utilisateurs le trouvent globalement économique*.

Une offre économique et accessible pour le plus grand nombre. Le prix au litre et les caractéristiques environnementales du GPL sont les deux principaux critères d’attractivité et de choix du GPL. L’économie de consommation est le 1er avantage spontanément reconnu des véhicules GPLc pour 92% des sondés**. Si leurs prix sont souvent surestimés, les véhicules GPLc sont pourtant bien plus économiques à l’achat. Le prix d’un véhicule GPL est en général comparable à un véhicule essence et bien moins cher qu’un véhicule diesel. Comparés aux autres énergies alternatives, ils coûtent en moyenne 12 800€, contre 18 000 € pour un véhicule électrique et 27 800 € pour un hybride**.

Sur le Mondial de l’Automobile DACIA proposera avec le Duster, le Sandero, le Docker et le Lodgy une offre à moins de 10 000 € (de 8750 € à 9 4 90 €) !
Le GPL offre ainsi une alternative plus respectueuse de l’environnement, abordable pour le plus grand nombre :
- Les véhicules GPL sont majoritairement achetés pour remplacer des véhicules traditionnels*.
- Pour 94% des personnes interrogées, le prix du véhicule GPL correspondait à leur budget*.
- Les conducteurs GPL présentent le profil le plus diversifié comparé aux autres énergies alternatives*.
Plus d’1 personne sur 5 qui connaît le GPL affirme pouvoir envisager l’achat d’un véhicule au GPL*.

1 station tous les 60 km et 400 km d’autonomie en moyenne, en complément du
réservoir essence. Le véhicule GPL fonctionne en mode « bi-carburation » : il dispose à la fois d’un système essence et d’un système GPL et peut donc fonctionner soit à l'essence, soit au GPL. La contenance moyenne d’un réservoir
GPL permet de parcourir 400 à 600 km, en complément du réservoir essence, et ainsi d’augmenter l’autonomie initiale du véhicule. Le GPL est une alternative disponible sur l’ensemble du territoire. Le véhicule GPL est utilisé par 93% des personnes interrogées* comme véhicule principal.
En France, 1 station-service sur 7 permet de s’approvisionner en GPL. Avec 1 750 stations-service réparties sur tout le territoire, en ville, à la campagne et sur les réseaux autoroutiers, le GPL est le carburant alternatif le plus largement distribué.
La distance séparant deux stations GPL excède rarement plus d’une soixantaine de kilomètres, ce qui permet aisément de pouvoir faire le plein.
Les capacités d’approvisionnement et de distribution du GPL permettent de fournir un parc automobile 10 fois supérieur à ce qu’il est aujourd’hui.

Pratiquement aucune émission de particules.
Les émissions de particules sont quasi inexistantes grâce à la combustion complète du GPL. L’utilisation du GPL réduit les émissions de CO2, un des gaz responsables de l’effet de serre et les émissions d’oxydes d’azote, responsables de maladies respiratoires.
Comparé au diesel et au super, le GPL carburant est de loin le mieux perçu en termes environnementaux*.

2 solutions simples et maîtrisées pour rouler au GPL
1. Acheter directement un véhicule GPL auprès d’un constructeur qui en propose dans sa gamme. Sur le
marché français, plusieurs constructeurs automobiles proposent des versions GPL de leurs modèles dont le prix de vente est souvent moins élevé que la version diesel équivalente.
2. Faire effectuer la transformation au GPL d’un modèle essence de la marque de son choix par un installateur
professionnel. Il est possible de faire équiper au GPL quasiment tous les véhicules essence neufs ou d'occasion correctement entretenus. L’adaptation au GPL coûte entre 2 000 et 3 500 € en fonction du modèle et de la cylindrée du véhicule d’origine.
Des modèles fiables et performants : Depuis 2001 et conformément à la réglementation internationale (R67-01), tous les véhicules GPL sont munis d'une soupape de sécurité à laquelle s’ajoutent plusieurs autres dispositifs de sécurité qui contrôlent le circuit d’alimentation (dont un clapet anti-retour à l’entrée du réservoir, et une électrovanne qui coupe automatiquement le circuit d’alimentation GPL lorsque le moteur est arrêté à la sortie du réservoir).
Constructeurs automobiles et équipementiers possèdent aujourd’hui un solide savoir-faire en matière de véhicules GPL : la sécurité de ces derniers est optimale.
En France, plus de 250 000 véhicules GPL circulent.

Le GPL représente le 1er parc de véhicules à énergie alternative roulant.
« Le succès du GPL dans de nombreux pays souligne sa pertinence et son fort potentiel. Il démontre qu’avec le soutien durable et visible des pouvoirs publics, le GPL peut émerger comme un élément-clé du portefeuille énergétique combinant des bénéfices environnementaux, socio-économiques et de santé publique importants.

Pourtant, en France, le développement du GPL peine et oscille en fonction de l’évolution des politiques publiques. Le soutien des pouvoirs publics est essentiel pour sensibiliser et conforter les constructeurs et les automobilistes dans leur choix. Et c’est pour cette raison précise que l’OPESCT encourage de développer la mixité énergétique pour répondre à la pluralité des besoins de mobilité et d'accorder les avantages consentis aux voitures électriques aux autres types de voitures écologiques, et notamment celles fonctionnant au GPL, au GNV ou à l'hydrogène », déclare Joël Pedessac, Directeur Général du CFBP.
* Etudes sur la perception et de notoriété du GPL, Institut Occurrence pour le CFBP, réalisées entre le 28 mars et le 4 avril
2013 et entre le 14 et le 24 avril 2014.
** Prix moyen établi sur la base du prix d’achat des véhicules achetés par les personnes interrogées - Etude Occurrence –
Echantillon de 251 individus propriétaires d’un véhicule à énergie alternative, interrogé par téléphone entre le 14 et le 24 avril 2014.

Baromètre GPL – Mars 2014 
En mars 2014, le prix moyen à la pompe du GPL reste stable: 0,86 € le litre
Lancement d’un nouveau modèle de véhicule GPL en France
Europe : Un nouvel accord en faveur du GPL

 

Avec une différence moyenne de prix entre 0,64 € à 0,45 € le litre par rapport aux autres carburants sans plomb et Gazole le GPL reste le carburant le moins cher à la pompe.
Pour rappel, en France, près de 1 750 stations-service proposent du GPL (soit 1 station

sur 7) et des tarifs réduits et gratuité sont en vigueur dans de nombreux parkings publics pour les véhicules GPL au titre de leurs atouts environnementaux.


Afin de suivre cette tendance, les constructeurs automobiles développent leurs offres et misent sur les énergies alternatives.
A noter que Renault, a lancé en mars la nouvelle Clio IV GPL (modèle 1,2L essence de 70 CV).Ce bloc moteur dégage 116G de CO2 par km pour une consommation avoisinant les 
7L/100km.

 

Un paradoxe en France : même si les constructeurs, y compris français, maîtrisent la 
technologie GPL et produisent dans leurs usines plusieurs modèles GPL, ils ne les proposent à la vente qu’à l’étranger et pas en France. L’offre de véhicules GPL proposée aux Français reste donc très limitée. En Italie par exemple, ce sont plus de 100 modèles de véhicules GPL constructeurs, dont certains français, qui sont proposés aux automobilistes. D’après l’UNRAE, l’organisation italienne représentant les constructeurs étrangers, la 207 Peugeot GPL s’est vendue à 3 875 exemplaires en 2013 et 277 Clio Renault GPL ont été vendues sur le seul mois de décembre 2013.

 

Le 20 mars 2014, le Conseil et le Parlement européens ont conclu un accord afin de 
promouvoir les carburants alternatifs sur terre et en mer.Les pays de l’Union Européenne devront assurer que suffisamment de stations de recharge et de points de ravitaillement soient disponibles sur leur territoire pour permettre aux camions, voitures et navires de pouvoir circuler librement sur les routes et voies navigables européennes. 
Le réseau GPL ne sera pas concerné par cette obligation de développement car la France et l’Union européenne disposent d’ores et déjà de suffisamment de stations de GPLc, 
respectivement 1750 et 28 000, réparties sur tout le territoire.
Le GPL est reconnu comme un carburant alternatif et une technologie viable sur le long 
et moyen terme.Le texte reconnaît en effet le rôle joué par le GPL en tant qu’énergie alternative pour améliorer la qualité de l’air et réduire les émissions de CO2 et de polluants. Il souligne également que le GPL est approprié sur route et voie fluviale qu’importe 
la distance à parcourir, tant pour le transport de passagers que le fret de marchandises, mais également sur mer pour des courtes distances.

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Paris, le 17 mars 2015


Le GPL, plus que jamais dans la course des énergies nouvelles du 18 au 22 mars 2015.


Départ du 16ème Rallye Monte-Carlo Energies Nouvelles demainavec 6 véhicules GPL !

 

En participant à cette 16ème édition du Rallye Monte-Carlo, qui se déroulera du 18 au 22 mars, les véhicules GPL, démontrent que tout en étant écologiques et économiques, ils peuvent être sportifs et compétitifs.


L’occasion une fois de plus de mettre en avant les performances et la maîtrise du carburant GPL à travers un challenge automobile sportif auquel concourt l’ensemble des énergies « propres ».


6 voitures GPL en compétition
Cette année, six voitures GPL sont dans la course avec une variété de véhicules qui témoigne de la maturité technologique associée à ce carburant, que ce soit en première ou en seconde monte. C’est cette souplesse technologique qui permet au GPL de s’associer à quasiment n’importe quel véhicule essence, quelle que soit sa puissance et sa catégorie, mais également à d’autres énergies alternatives.


- Une Toyota Prius > l’association de l’hybride électrique et du GPL
Equipage international chevronné : pilote Gregor Zdovc et sa co-pilote Anna Ivansek deux professionnels slovènes du GPL, vainqueur 2014 du rallye Energies nouvelles en Serbie et 4e au Trophée ECO Snow 2015 organisé en Italie ; organisateur d’un rallye énergies nouvelles en Slovénie
- Une Clio Renault Sport 200 CV
Equipage : pilote Aurélien Meuterlos (ancien formateur GPL et vainqueur de l’épreuve Gymkana en 2014) et son co-pilote Patrick Mogenet
- Une Opel Corsa
Equipage français : Miguel Baudoin (pilote habitué des rallyes: 5 éditions du RMC énergies nouvelles et 15 participations au WRC)
- Une Peugeot 106
Equipage français : Charles Henri Larroque, spécialiste GPL à Montauban (Etablissement Les Héritiers Larroque ; ancien mécanicien spécialisé dans le sport auto il a déjà participé deux fois à l’Africa Race)
- Une Alfa Romeo Mito :
Equipage italien plusieurs fois primé : Roberto Viganò et Andrea Fovana: vainqueur de l’Ecorally San Marino (2011), de l’Ecorally Mendola (2013 & 2014), de l’Ecorally Sestrieres (2013) et
deuxième à l’Italian Alternative Energies Championship (2013 & 2014).
- Une Fiat 500 « dual fuel »
Equipage polonais : pilote Pawel Stefanicki et Konrad Ustarbowski (Elpigaz fabricant d’équipement GPL polonais)


Ces six véhicules constituent une équipe qui concourt à titre individuel, mais également au challenge de la meilleure équipe.


16ème édition du Rallye Monte Carlo Energies Nouvelles - Parcours et nouveautés
Ce Rallye, organisé par Automobile Club de Monaco, est la seconde épreuve du très célèbre Rallye Monte-Carlo. Il s’inscrit dans le cadre d’un Championnat du monde organisé par la FIA (Fédération Internationale Automobile) avec 12 manches se déroulant en Europe, Asie, Amérique du Nord et Afrique. Il se déroule en 2 épreuves distinctes pour les véhicules hybrides, électriques et carburants renouvelables. Il s’adresse aux constructeurs, collectivités territoriales, entreprises publiques mais également aux particuliers qui souhaitent participer à un rallye « Monte-Carlo » dont le classement se base sur le ratio consommation / performance dans les épreuves de régularité.


Le Rallye prendra son départ de différentes villes de France et de Suisse et fera étape à Gap pour continuer sa route jusqu’à l’arrivée à Monaco. Cette année, pour célébrer les 20 ans de la création de son évènement dédié aux Energies Nouvelles et Renouvelables, le parcours est renouvelé à 100%. Montauban entre dans la course et devient nouvelle ville d’accueil pour le contrôle administratif avant le départ et accueillera les concurrents et le public le mercredi 18 mars.


Direction Monaco vendredi 20 mars pour le début des cessions les plus sportives entre départements des Hautes-Alpes (05) et Alpes-de-Haute-Provence (04).


Les samedi 21 et dimanche 22 mars seront ponctués de paysages de l’arrière pays du département des Alpes-Maritimes (06) ; ainsi qu’une épreuve de maniabilité, inédite dans cette compétition, tracée sur la Darse Sud du Port de Monaco.


Arrivée et remise de prix à Monaco dimanche 22 mars à l’Hôtel Fairmont.
L’ACM – Automobile Club de Monaco, est un des clubs automobiles les plus célèbres au monde. Il organise des courses emblématiques, telles que le Grand Prix de Formule 1, le Rallye Monte-Carlo, le Rallye Monte-Carlo Historique et le Rallye Monte-Carlo des Energies Nouvelles.
Site web : http://www.acm.mc/home.php

_____________________________________________________________________________
Contacts Presse
Agence VLC*
Valérie LESEIGNEUR & Joy LION
Tél 06 68 80 37 35 / 07 62 59 65 86
valerie@agencevlc.com / joy@agencevlc.com

Deux fois moins cher, beaucoup, beaucoup moins polluant : le GPL a tout pour plaire. Pourtant, en France, ce carburant a systématiquement été écarté au profit du diesel. Voici pourquoi.

 

En plein brouillard de particules fines, Joël Pedessac, le directeur général du Comité français du butane et du propane (CFBP) qui assure la promotion des véhicules fonctionnant au GPL (gaz de pétrole liquéfié) en a gros sur la patate : "On se plaint à juste titre des poussières émises par le diesel, mais alors pourquoi personne ne vient rappeler qu’il existe un carburant qui n’en émet pas et qui coûte nettement moins cher à la pompe que le gazole et l’essence !"

Moins cher, mais de combien ? Quasiment deux fois moins ! Problème : on trouve une pompe GPL dans seulement une station service sur sept... Le GPL, nettement moins taxé, est pourtant ultra-compétitif, avec un prix moyen à la pompe de 0,86 euro le litre contre... 1,52 euro pour le Super 95 et 1,34 pour le gazole.

 

Et le GPL crache moins de CO2, mais aussi 96% en moins de NOx (monoxyde et dioxyde d'azote) et... zéro particules. Du coup, en Italie, en Pologne, en Corée du Sud ou en Turquie, les véhicules roulant au GPL représentent entre 5% et 40% du parc. Et en France ? Les véhicules GPL ne sont pas soumis à restriction de circulation en cas de pollutions. C'est dire.

Le GPL en France : un destin tragique

L’avenir du GPL pourrait donc sembler radieux ? Non : il est à ce jour tragique. Les ventes annuelles se sont effondrées de 75.000 par an à 3.000 quand fin 2010 la prime de 2.000 euros a été supprimée.

 

Faute du moindre geste de soutien, même symbolique, des pouvoirs publics, c’est la spirale infernale : le nombre de stations services équipées au GPL ne dépasse plus aujourd’hui 1.750 contre 3.000 en Italie. Et aucun constructeur français ne fabrique d’autos hybrides GPL-Electrique aux performances pourtant particulièrement bluffantes : 5 euros les 100 km pour une Hyundai !

 

Du coup, la demande s’est effondrée même si elle remonte un peu en 2013 et le nombre de stations service dotée d’une pompe GPL a baissé. Que les paranos qui reniflent un complot des pétroliers se calment : ce sont généralement des pétroliers qui produisent le GPL !

Joël Pedessac n’a pas le moral : "C’est tout de même idiot, dit-il, de se priver de cet outil quand on promeut à la fois la transition énergétique, la qualité de l’air et des réformes écolos qui ne pénalisent pas le portefeuille".

 

Durée de vie plus longue

Idiot. Le mot est faible. Sachez qu’il n’existe pas de restriction pour mettre sa voiture GPL dans les parkings souterrains et que les explosions de jadis appartiennent à l’histoire... Mieux encore : les moteurs fonctionnant au GPL ont une durée de vie plus longue du fait de l’absence de suie générée à la combustion gazole. La meilleure preuve c’est que la marché d’occasion des véhicules GPL est florissant.

Alors pourquoi n’avoir pas encouragé de manière persistante le GPL qui est à la fois moins cher à la pompe et moins polluant ? Au ministère de l’Ecologie, on ne sait pas trop quoi répondre même si certains soulignent que l’avantage CO2 avec le diesel est très discutable et que le réglage des moteurs GPL est difficile rendant assez théoriques les calculs comparatifs.

La vérité de fond, c’est que comme les constructeurs français avaient choisi le diesel, ce fut souvent la solution réflexe la plus abordable pour les marchés collectifs et publics.

 

La RATP a privilégié des bus au diesel

La meilleure illustration, c’est la politique de la RATP qui, jusqu’à 2013, a privilégié ultra majoritairement le diesel et a le plus grand mal à réduire cette dépendance. Qu’importe que le bus roula au diesel du moment que c’était un moyen de transport collectif ! Et puis à quoi bon mettre sur pied des centres de maintenance RATP pour le GPL puisque de toute façon l’électrique allait bientôt prendre le relais ?

L’ennui, c’est que l’électrique n’a d’avenir immédiat que pour les flottes d’entreprises ou à rayon d’action prévisible et limité. Les véhicules de Monsieur Tout-le-monde qui ont besoin d’autonomie mais aussi les bus, les cars et les poids lourds n’ont pas un avenir électrique proche. Faute de ne pas avoir pensé et préparé cette longue soudure entre le carburant hydrocarbure et l’électrique ou le moteur à hydrogène, les options transition GPL et GNV (Gaz Naturel Véhicule) ont donc été marginalisées.

Dans cette affaire comme dans beaucoup d’autres, la France est adepte du tout ou rien. L’ennui avec le tout diesel ? Un gros nuage de particules assuré dès qu’un anticyclone plaque l’air au sol. Ce qu’on était supposé gagner en émissions CO2 avec le diesel contre le réchauffement du climat, on le perd avec un surcroît de poussières fines. Hautement toxiques.

Guillaume Malaurie - Le Nouvel Observateur

LES ECONOMIES AVEC UN VEHICULE GPL

 

Le prix à la pompe GPL est significativement moins cher que celui des autres carburants, mais en plus les moteurs GPL se révèlent économiques à l’entretien. 

 

Pour rouler à moindre coût, l’acquisition d’un véhicule GPL s’avère un choix gagnant.

Le GPL possède plusieurs atouts économiques qui rendent son utilisation avantageuse pour réduire votre budget transport. 

 

Que vous achetiez un véhicule GPL neuf ou que vous fassiez installer un kit sur votre voiture, vous pouvez amortir l'investissement dès les premiers kilomètres d'utilisation. 

Les aides de l'Etat et le prix à la station rendent ces véhicules particulièrement économiques.



Pour l'achat d'un véhicule GPL, vous pouvez bénéficier d'un certificat d'immatriculation à moitié prix voir encore plus avantageux dans certains départements.

 

 

Comparé aux autres carburants, le prix du litre de GPL est intéressant. La Taxe Intérieure sur les Produits Pétroliers (TIPP) est inférieure à celle du litre d'essence ou de diésel. L'Etat qui fixent cette taxe maintiendra une TIPP avantageuse pour le GPL, car c'est un carburant propre.

 

Les véhicules GPL peuvent stationner dans certains parking gratuitement ou à tarif réduit dans certaines villes.

Pour convenir d'un rendez-vous

GARAGE DES HAUTS PAVES
68 rue des Hauts Pavés

44000 NANTES

 

Téléphone : 02 40 74 84 23

Nos heures d'ouvertures

 

Lundi : 8H30-12H30  13H30-18H30

Du Mardi au Jeudi : 8H00-12H30  13H30-18H30

Vendredi : 8H00-12H30  13H30-17H30

Nouveautés

Contrôle technique

Nous effectuons votre contrôle à un tarif tout compris particulièrement attractif !

Nous sommes désormais sur Internet

Apprenez-en plus sur nous et sur nos prestations !

NOS PARTENAIRES

http://www.installateurgpl.net/
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© GARAGE DES HAUTS PAVES